Des larmes mélangées de poussière

by Thomas Mery

supported by
subscribers:
/
  • Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

     €3.96 EUR  or more

     

  • Record/Vinyl

    Beautiful 10" white vinyl. Cover Artwork by Guillaume Serve.

    Also includes immediate download of 3 track album in your choice of 320k mp3, FLAC, or just about any other format you could possibly desire.
    ships out within 5 days
    edition of 470 

     €10 EUR

     

1.
2.
05:46
3.

about

Des larmes mélangées de poussière is comprised of 3 tracks sung in french, english and portuguese. They mix acoustic guitar, bass, drums, clarinet and vocals and display thomas artistic maturity. He plays with french chanson and folk to make a very personal and timeless music.

credits

released 15 February 2010

Guitar/Vocals: Thomas Mery
Bass/Clarinet: Stéphane Bouvier
Drums/Electronics: Jérôme Lorichon
Guitar/Recording/Mixing: Miguel Constantino
Artwork: Guillaume Serve

tags

license

all rights reserved

feeds

feeds for this album, this artist
Track Name: Aux fenêtres immenses
c'est comme dans la verte vallée de mon rêve
où des monstres paissent
et des barrages cèdent
c'est comme un rêve que je fais
où je vois des serpents de mer
se changer en vers
et fouiller la terre

this is to be sung at a very fast pace
do I realize some things I can't do
and I am in a tree, looking at the line
that separates the sky from the land
I am in a car, crossing a country

this is to be said in a very low voice
but do I understand what it takes to be real quiet

and I am underground and the light has gone off
looking below and above
well, it's quite the same

Et pendant ce temps là
De vagues souvenirs de cette terre
et des traces qu'on y laisse
ce temps
ces déviations
ces extractions
ces sauts
ces glissements
ces pauses

Et pendant ce temps là
des déplacements
des bonds en avant

Et pendant ce temps ...

Il y a ...
la certitude, d'une plaisanterie, du rire.
Il y a des jours, l'emprunte du fer, le travail, la légèreté, la fainéantise, l'orgueil, la peur

Et une rue, petite, entre deux, le tour que j'en fais, la panique.
Saisi, vite, souvent, trébuche.
Vite, tu comprends.
La stupeur, le silence.
Je veux dire l'émoi, l'arrêt net et le tranchant.
le passage, presque, de là à là à là à là, la la la la la

“Nous avançons dans un sentier glissant et dur. J’ai les jambes constamment dans les ronces, elles me grattent d’une façon insupportable. Le sentier passe à travers des buissons et des touffes de hautes orties, mêlées dans des toiles d’araignées avec les feuilles roses des merisiers qui viennent s’y coller quand elles tombent” (A. tarkovsky - Le miroir - scénario littéraire)

Les visages et les frustrations et les comparaisons.
Les défilés et les étroites liaisons
et j'arrachai les feuilles des arbres à mesure qu'il se faisait plus sombre,
je ne voyais rien, je voulais.

“Du côté où tombe la lumière, ce mélange d’air, de fumée et de poussière paraîtra plus clair que du côté opposé. Et plus profond seront les combattants dans ces ténèbres, moins ils seront visibles et moindre sera la différence entre leurs couleurs et leurs ombres.” (Leonard De Vinci - carnets)

This is to be passed from me to as many as my voice can reach
but I am on a slope that I can sense is steep
but only sense not see
for if there is light now not yet have I opened my eyes

It is far too scary to look at the hill's top
as I am crouching and crawling
I'm thinking of flatlands and I can hear gunshots

I can hear gunshots

“Tu verras certains vainqueurs laissant le champs de bataille et sortant de la mêlée en s’essuyant des deux mains les yeux et les joues couvertes de la saleté qui s’est formée des larmes mélangées de poussière qui coulent de leurs yeux.” (Leonard De Vinci - carnets)

Lui : “Non mais ces racines qu’il y a ici ... les buissons, l’herbe ..., Ca ne vous est jamais passé par la tête que les plantes aussi, elles peuvent sentir, avoir une conscience ? Peut être même comprendre ! ... Les arbres, ce noisetier, là”
Elle : “C’est un aulne ...”
Lui : “Quelle importance ! Un aulne, un noisetier ... Vous voyez - il bouge, il tangue ! ... C’est nous, tous, qui courons, qui nous agitons, qui disons des platitudes ! C’est parce que nous ne croyons pas en la nature ! C’est une espèce de méfiance, de trop grande hâte, je ne sais pas ! Le manque de temps pour réfléchir !” (A. tarkovsky - Le miroir - scénario littéraire)

it's nothing like virtuality
only it’s dots and curves
the green and blue patches
the huge windows
giving on concrete spaces

je pensai à cette terre
à cette eau, à ces tâches
vertes et bleues
aux fenêtres immenses
aux fenêtres, au silence
Track Name: Ça
Ca c'est un objet qui traverse le ciel
et ça, ça passe devant ma fenêtre
ça prouve que l'air est fluide et que je suis assis là

Ca c'est un objet qu'on regarde et qu'on s'étonne de suivre du regard
qu'on s'étonne de trouver si rapide
que c'est une petite chose d'ici
qu'elle se déplace vite
seule là bas

c'est dans ce champs ouvert
et si plein de lumière
qu'un objet blanc se déplace et traverse l'espace
qu'on observe sa marche,
qu'on peut suivre sa trace
au trait qu'il laisse, à cette ligne droite

Mais comment en mesurer l'importance ? Comment ?

Des choses posées,
comme des masses en mouvement
pouvoir en faire le compte
les mettre côte à côte
jusqu'à ce qu'on se rende compte
que tout bouge toujours
que tout bouge

Et comme je hais ces pauses
et combien j'aimerai tenir le verre à moitié plein fermement dans ma main
je sais combien nous dépendons
et comment nous nous en défendons
en fabriquant des sens avec des pareils avec des ...

All I know is
that youʼre caught in
youʼre so called truth
itʼs a home youʼve locked yourself into
and itʼs a shame
you gathered all you could
to backup all your weaknesses
and to share all your fears
itʼs a shame you call them family
Would you tell them, how much youʼre scared and blind but shameless
itʼs a shame ...

mais des consonnes changent
et changent le sens
Track Name: Sinal fechado
Olá, como vai ?
Eu vou indo e você, tudo bem ?

Tudo bem eu vou indo correndo
Pegar meu lugar no futuro, e você ?

Tudo bem, eu vou indo em busca
De um sono tranquilo, quem sabe ...

Quanto tempo... pois é...
Quanto tempo...

Me perdoe a pressa
É a alma dos nossos negócios
Oh! Não tem de quê
Eu também só ando a cem

Quando é que você telefona ?
Precisamos nos ver por aí
Pra semana, prometo talvez nos vejamos
Quem sabe ?
Quanto tempo... pois é... (pois é... quanto tempo...)

Tanta coisa que eu tinha a dizer
Mas eu sumi na poeira das ruas
Eu também tenho algo a dizer
Mas me foge a lembrança

Por favor, telefone, eu preciso
Beber alguma coisa, rapidamente
Pra semana
O sinal ...

Eu procuro você
Vai abrir...
Por favor, não esqueça,
Adeus...